L’enfer du Dimanche

Je déteste le Dimanche. Enfin je déteste le Dimanche uniquement de Février à Août. C’est le jour qui me colle l’angoisse. Tu ne peux pas profiter de ta journée car tu sais que le lendemain tu repars au boulot. Je fais un véritable blocage là-dessus. Tu vois le Vendredi c’est cool tu sais que tu es tranquille derrière. Le Samedi pareil. Mais le Dimanche… En plus tout est fermé, de moins en moins, mais tout est fermé. Il règne cette atmosphère qui m’empêche de vivre et de profiter du moment. C’est comme si dès le réveil j’avais une « horloge » de Damoclès au-dessus de la tête. « Plus que 14 heures avant de reprendre le boulot ! »

Mais à partir du mois d’Août c’est une toute autre histoire. Le Dimanche c’est l’avènement. Le jour tant attendu toute la semaine. Le Dimanche c’est FOOTBALL!!! Enfin football américain. Parce que je suis pas du genre à attendre toute la semaine un match de Série A ou un St-Etienne/Strasbourg désolé. Je vais vous expliquer tous les éléments qui ont totalement chamboulés ma perception du dernier jour de la semaine. Voici le guide officiel pour mettre un terme à votre ennui dominical.


FANTASY

Tout le monde connait maintenant le principe de la Fantasy League. Pour parfaire ce jeu il faut y jouer si possible entre amis et avec quelque chose en jeu. Mais même une Fantasy contractée au pif à la dernière seconde face à un groupe d’américains inconnus au bataillon ça le fait quand même. Pourquoi ? Parce que cela rend TOUS les matchs intéressants. Votre matchup peut dépendre d’un Lions/Dolphins auquel vous n’auriez prêté aucun attention sans la Fantasy. Ce jeu vous pousse également à connaitre un peu plus les joueurs et les styles de jeu de chaque équipe NFL. Il vous oblige à suivre l’actualité en étant hyper réactif face aux blessures, méformes, et échanges de la vie « réelle », mais également à tout ce qui se passe dans VOTRE ligue. Quel joueur a été laissé libre récemment ? Dois-je récupérer ce joueur blessé pour quelques semaines en comptant sur un retour au top?

nflfantasy-screens
La Fantasy c’est aussi du trashtalk. C’est même pour moi l’essence de ce jeu. Si vous avez la chance de faire ça entre amis ou avec un groupe de personnes que vous avez appris à connaitre grâce à la Fantasy, cela décuple l’attrait pour ce jeu. Se faire chambrer pour le choix de tel ou tel joueur. Mettre la pression pour un échange. Se moquer d’une défaite d’un pote à cause de la performance impensable d’un seul joueur qui fait basculer la rencontre… À titre d’exemple, cette année avec mes gars sûrs d’Instagram (Eddie et Samy c’est de vous que je parle là) on a organisé une ligue avec nos abonnés et je peux vous garantir que le dimanche soir sur le groupe Messenger c’est la rigolade. J’ai cette particularité de jouer chaque semaine contre l’équipe qui finit toujours par marquer le plus grand total de points ou presque. Cette malchance m’agace au plus au point mais ça en devient risible. J’aime aussi laisser sur le banc des joueurs qui se transcendent histoire de bien me faire regretter mes choix. Je suis typiquement une cible vivante pour le trashtalk et ça c’est formidable.

115fe0cabe68b03c7664ee5ff35699e5
Le dimanche est donc rythmé, pour moi, par cette Fantasy. Je passe la journée à surveiller les nouvelles pour ajuster mon lineup jusqu’à la dernière seconde (je m’occupe aussi de mes enfants et ça m’arrive de parler à ma femme aussi hein…). Cela me fait penser justement à une manœuvre qui m’aura valu les quolibets de mes adversaires que je considérais pourtant comme des amis… Quelques heures seulement avant un match à Denver, les médias relayaient des images du stade couvert de neige (au moins 40 centimètres au sol) en pleine tempête. Il faut savoir que la NFL c’est pas la ligue 1 Conforama et que tous les matchs se jouent peu importe les conditions météorologiques. De ce fait, possédant un receveur des Broncos de Denver dans mon effectif partant, je décide de le remplacer par un autre. Pourquoi ? Parce que la neige va perturber le jeu de passe aérienne et les équipes s’adaptent généralement en utilisant énormément le jeu de course au sol. Résultat ? Le stade aura été rendu praticable en un temps record, plus un seul flocon à l’heure du match, mon receveur fait un match énorme alors que son remplaçant est pathétique. Bien joué !


REDZONE

La NFL, et donc mon Dimanche, sont rendus encore plus agréables et passionnants grâce à l’une des merveilleuses créations du genre humain : la RedZone ! L’outil parfait pour les fans de Foot US ET joueurs de Fantasy.

watch-nfl-redzone-free-live-stream-start-time-what-tv-channel-and-fixtures-for-week-2-in-american-football-season
Quoi que c’est exactement la RedZone me diriez-vous ? Pour faire simple c’est un multiplex de 7 heures sans aucune publicité ou interruption. Agrémentez le tout d’un bandeau déroulant permanent sur les stats Fantasy et vous avez là la recette idéale pour un Dimanche réussi. Ah oui j’oubliais ! La NFL propose des matchs à un horaire parfait pour les fans européens puisque le spectacle commence à 19H00 heure française !

La RedZone vous empêche littéralement de décrocher. On jongle entre les matchs en passant d’occasions folles en replay d’highlights. Les rares temps calmes permettent au spectateur de reprendre ses esprits et de faire un point sur la situation sur chaque terrain. Le téléphone à coté, et en un coup d’œil sur l’appli Fantasy on peut voir l’impact sur notre matchup de la semaine.

dsz7bqyuqaabndl
La RedZone c’est aussi l’occasion, pour celui qui aime ce sport sans forcément suivre une équipe en particulier, de ne pas « subir » une unique affiche choisit par un diffuseur. C’est aussi l’assurance de ne pas se frapper les interminables pub’ américaines pour les assurances ou le dernier SUV Ford.

De plus il est aujourd’hui HYPER SIMPLE d’accéder à ce mythique rendez-vous hebdomadaire. BeIn Sports le propose à ses abonnés, vous pouvez souscrire à l’offre économique de la NFL pour 50€ à l’année, ou vous pouvez faire partie de la team streaming, bien que je n’encourage pas du tout ce genre de pratique qu’il serait pourtant naïf d’ignorer en 2018.


TAILGATE

Aux « States » des États-Unis d’Amérique of USA, le Dimanche c’est l’occasion de revêtir quelque vêtement que ce soit aux couleurs de son équipe. De la simple casquette au déguisement intégral incluant peinture sur le visage, chacun y va de son propre rituel.

Les fans se rassemblent ensuite sur les immenses parkings des stades NFL pour… une sorte de barbecue géant. Si vous ne l’avez pas encore lu, je vous invite à vous plonger dans le livre « Tailgate to Heaven » qui parle de ce phénomène (chronique dispo sur le blog). Un must-read. On cuit des saucisses, on boit des bières, on se lance des ballons, tout ça en parlant du match à venir et en refaisant ceux passés. Certaines personnes passent même toutes leurs économies dans les tailgates. Il y a même des gens qui ratent une partie voire même l’intégralité du match pour rester sur le parking à festoyer.

bl_nfl_49ers_tw3
Pour ma part, je me contente de boire une « Bud » (l’abus d’alcool est dangereux pour la santé mais une bière ça passe) que l’on arrive à trouver maintenant un peu partout en grande surface pour mon plus grand bonheur (désolé mais Heineken je sature). Pour ne pas sombrer dans le monde impitoyable du cholestérol, avec ma petite famille on s’accorde uniquement de temps à autres un repas « à l’américaine ». C’est l’occasion pour moi de brancher l’ordi en HDMI sur la TV pour y diffuser le feed de la RedZone et d’essayer de transmettre mon amour pour le foot US à mon fils et ma fille. Je vous avoue que de les entendre crier « Touchdown ! » est quelque chose d’extrêmement jouissif.

Vous comprendrez donc pourquoi les autres Dimanche de l’année paraissent bien fades, tristes et monotones…

À l’attention de Madame N.B.A.

Madame,

C’est aujourd’hui que vous faites votre grand retour. Enfin ce soir. Cette nuit même. Vous revoir en comblera plus d’un ici et vous ne pourrez pas passer inaperçue dans les couloirs. Votre discrétion d’antan fait place à une exposition beaucoup plus importante. Il faut dire que les éloges sur votre travail ne manquent pas: spectaculaire, inimitable, unique, passionnant…

Pour ma part je ne vous cache pas que vos initiales étaient couchées sur mon calendrier depuis un moment. Et pour continuer dans l’honnêteté, je n’ai pu m’empêcher d’essayer de glaner quelques nouvelles pendant vos vacances. Pour ma défense, nous sommes quelques curieux dans ce cas. Il faut dire que vos activités à Los Angeles et à Oakland, entre autre, ont beaucoup fait parler.

Vous trouverez sur votre bureau trois dossiers importants. Nos clients de Boston sont très ambitieux et veulent s’étendre sur l’Ouest du pays ce qui leur permettraient de retrouver leur gloire passée. Cela rentre en conflit avec les intérêts des « Guerriers », ce groupe de contestataires de la baie de San Francisco qui fait des émules et dont le mouvement est maintenant très suivi. De plus le « Roi » de l’Union des États n’entend pas laisser la situation s’éterniser. Il se donne quelques années pour renverser l’ordre établi et préparer l’arrivée de son fils au pouvoir, bien que le trône soit convoité par plusieurs autres dirigeants. Ce n’est un secret pour personne, le souverain Grec est un prétendant affiché.

Vous le voyez la situation est tendue et notre marge de manœuvre est ténue. Aussi, nous concentrerons nos efforts sur le moyen terme et nous nous laissons cette année pour évaluer la perspective d’avenir des « Guerriers ».

Mais le futur doit se préparer dès aujourd’hui. Le patron nous demande de commissionner nos adjoints pour une prospection sur d’autres terres moins en vue mais prometteuses. Philadelphie est devenue trop médiatisée par exemple, et toutes les ressources ont été trouvées là-bas. Il faut que nous nous déployons sur d’autres marchés comme Dallas ou Phœnix. Il en va de notre réputation de continuer à proposer une offre qualitative aux quatre coins du pays. Le monde entier nous regarde.

Enfin je terminerai par un message un peu plus personnel. Si vos vacances sont un droit acquis, il n’en reste pas moins que mon cœur est lourd quand vous êtes absente. Je languis votre retour chaque année car je sais que mon quotidien sera facilité. Une véritable bouffée d’air frais. Je n’ai que très peu de chance pour que vous me remarquiez et que vous me considériez plus qu’un autre collègue, surtout depuis la constitution du bureau des « Influenceurs » (l’élite de notre entreprise en étroite collaboration avec votre bureau), mais sachez que je resterez fidèle à mes engagements et prêt à vous soutenir à chaque instant.

Au plaisir de vous croiser.

Amicalement,

Frédéric

Bureau P.23