L’Histoire de la Air Jordan 1

Ou comment Nike révolutionna à jamais
le monde de la chaussure de sport.

8384rodthornjordansigncontract-1024x720

Tout le monde pense connaître les origines de la signature de Jordan chez Nike. Tout le monde croit que la Air Jordan 1 noire et rouge à été bannie par la NBA et que Nike payait 5000$ d’amende par match pour que Jordan continue de les porter. Vous allez donc voir que tout n’a pas été aussi simple que ce que le laisse entendre la légende et que tout s’est joué à des détails. Vous aller voir que certains faits que vous pensiez avérés ne sont pas si proches de la vérité. Et surtout vous allez constater que l’Histoire de cette chaussure devenue légendaire est inépuisable et qu’elle continue à s’écrire encore de nos jours.


En 1984 Michael Jordan sortait tout juste de l’université de North Carolina, qu’il fallait pour lui prendre une décision quant à son futur équipementier pour ses premiers pas en NBA.

Jusqu’à présent, il évoluait avec des Converse aux pieds sous les couleurs des Tar Heels. Non pas par choix ou par goût, mais à cause d’un contrat qui liait la marque à Dean Smith, le coach mythique de la faculté. En effet pour contourner les règles très strictes de la NCAA concernant la non-rémunération sous quelque forme que ce soit des étudiants-athlètes, Converse utilisait le subterfuge assez malicieux sur lequel nous reviendrons plus tard: faire signer un contrat à Smith incluant une clause selon laquelle tous ses joueurs devaient jouer en Converse. Ce contrat s’élevait alors à 10 000$ par saison.

dxseobhronrb5lhlxu2p

Quand David Falk, l’agent de Jordan, demanda à celui-ci s’il avait une préférence avant d’entamer des négociations, ce dernier lui expliqua que son choix se portait sur Adidas qui proposait des modèles « plus près du sol ».

Du côté d’Adidas, le timing ne pouvait pas tomber plus mal. Six ans auparavant le grand patron Adolf Dassler décède. C’est son fils Horst qui prit les rênes de l’entreprise familiale. Enfin entreprise familiale ne voulait pas dire que la famille était particulièrement unie. La mort d’Adolf ne fit qu’attiser les tensions existantes, déclenchant même une bataille pour la succession. Déjà, ce sont des différends qui ont poussé Rudolf, le frère d’Adolf, à se désolidariser et à créer sa propre marque: PUMA. Horst dû donc diriger Adidas et cela impliquait la prise de grandes décisions. Mais celles-ci étaient toujours l’objet de querelles internes. Ainsi, le clan Dassler n’était pas très porté sur le basket à l’époque. Il pensait que ses clients auraient énormément de difficultés à s’identifier à des athlètes aux mensurations « hors normes ». Adidas restait à l’écoute des représentants de Jordan sans toutefois formuler d’offre concrète ni même inviter Michael autour d’une table de négociation.

Les premiers à rencontrer Jordan étaient Converse. Lors de cet entretien, les responsables marketing prirent le soin de mettre l’accent sur le fait que les plus grands joueurs étaient labellisés Converse: Magic, Bird, Dr. J. Leur slogan: « WE are basketball ». Face à cela Jordan se permit de poser quelques questions. L’une d’entres elles était de savoir quelle serait sa place parmi toutes ces stars déjà présentes. Converse répondit qu’il serait élevé au même rang qu’elles, aussi bien au niveau des campagnes de communication qu’au niveau financier avec une offre de 100 000$ par an pendant 5 ans… Une autre interrogation de Michael portait sur les innovations technologiques apportées au chaussures à venir dans un futur plus ou moins proche. On lui fit comprendre que l’accent n’était pas porté sur la recherche et le développement et que les modèles actuels apportaient déjà une grande satisfaction dans la ligue…

af007975b495a1422d14b6174e93dbaf-basketball-stuff-basketball-players

En sortant des bureaux de Converse, le moins que l’on puisse dire c’est que Michael était déçu d’un tel manque de considération. Pour lui, être l’égal des autres superstars de la ligue n’était pas suffisant. Il voulait quelques chose de plus personnel, se démarquer des autres. Le pire pour Jordan était l’absence de visibilité sur les progrès à venir pour les différents modèles qu’il serait amené à porter. De son côté, James Jordan, le père de Michael, voulait absolument qu’il signe cette offre, flatté de voir qu’il serait traité comme Julius Erving, l’idole de MJ.

Adidas qui ne se positionne pas, Converse qui déçoit par son offre basique, voici venu l’heure pour Spot-Bilt de rentrer en jeu. Oui, Spot-Bilt. Je suis sûr que la majorité d’entre vous n’a jamais entendu parler de cette marque avant aujourd’hui et pourtant vous allez voir qu’elle a faillit rafler le gros lot.

b54b2d8a28d743bd297d538d3b96c489

Spot-Bilt est une petite marque de chaussures de sport présidée par John Fisher mais qui était plus connue pour avoir comme vice-président, et aussi égérie, la star du football américain O.J. Simpson. A l’époque Simpson jouissait d’une popularité sans faille. Ce ne sera que 10 ans plus tard que son image sera écornée à cause du crime qu’il commettra et pour lequel il sera reconnu coupable lors d’un procès extrêmement médiatisé. Mais en attendant, en 1984, Simpson avait déjà à l’œil le jeune Michael Jordan dont il avait suivit les exploits universitaires. Cet intérêt le poussa à convaincre Fisher d’obtenir un rendez-vous avec l’agence ProServ qui gérait les intérêts du nouveau joueur des Bulls.

Spot-Bilt se présenta d’autant plus sereinement qu’elle venait de signer avec l’ancienne agence publicitaire de Nike. Fisher avait donc mis toutes les chances de son côté avant même de sortir sa meilleure carte: Jordan serait LA superstar de Spot-Bilt! Pas de concurrence en interne comme cela pouvait être le cas avec Converse et surtout cela témoigne d’un réel intérêt, tranchant avec l’attitude d’Adidas. C’est donc fort logiquement que la proposition de Spot-Bilt sera retenue par ProServ qui la soumettra plus tard à Jordan.

5e0d4a13d05afa42a6ef9aaf4a36bc1b

En attendant David Falk avait commencé à tâter le terrain du côté de chez Nike par l’intermédiaire de son ami Rob Stasser alors responsable des partenariats pour la marque au swoosh. Mais l’acteur majeur du processus amenant Nike à se positionner sur Jordan allait être l’illustre Sonny Vaccaro.

Vaccaro, un fils d’immigré italien, s’était fait connaître dans le monde du basket universitaire comme étant celui disposant du plus grand réseau après avoir notamment créé l’ancêtre du McDonald’s All American, le Dan Dapper Roundball Classic. Un match qui rassemblera les meilleurs espoirs du pays et qui attisera l’intérêt des coachs, leur facilitant ainsi les supervisions en vue de recruter.

chapter-1-2

Armé d’une influence sans équivalent au sein du basket universitaire, Vaccaro prit l’initiative de contacter Nike pour leur demander s’ils souhaitaient se développer dans cette discipline car il avait eu l’idée d’un montage encore inédit. Il expliqua à Phil Knight qu’il suffisait de proposer un contrat de rémunération aux coachs (environ 5000$) et s’engager à fournir gratuitement des paires pour tous leurs joueurs pour que Nike étende son emprise. Knight accrocha à l’idée qui sera reprise ensuite par Converse entre autres comme nous l’avons vu précédemment avec Dean Smith.

Grâce à cette idée de génie, Sonny Vaccaro était maintenant attentivement écouté chez Nike. C’est ainsi qu’au cours d’un séminaire de réflexion entre les têtes pensantes du futur géant de la sneakers qu’il se permit de s’élever contre la stratégie prévue concernant la draft NBA de 1984. Phil Knight et compagnie voulaient signer Olajuwon (le premier choix), Barkley (le plus excentrique) et Stockton (le petit blanc). C’est alors que Vaccaro insista pour aller totalement à l’encontre de cela et supplia tout le monde de tout miser sur Jordan. Réunir les trois enveloppes budgétaires en une seule afin de proposer quelque chose d’encore jamais vu: un modèle signature au nom du joueur et un marketing révolutionnaire. Knight décida de suivre une nouvelle fois l’intuition de Vaccaro et fit tapis sur Jordan.

Vaccaro appela George Raveling, devenu proche de Michael lorsqu’il occupait le poste d’assistant coach de l’équipe Olympique américaine de basket en 1984. Il souhaitait obtenir un rendez-vous avec Jordan afin de lui parler de Nike pour lequel Raveling travaillait déjà aussi. C’est autour d’une table du restaurant Tony Roma’s que Sonny va promouvoir les valeurs et les ambitions de l’empire de Phil Knight. Deux versions s’opposent concernant cette rencontrer. Celle de Vaccaro veut qu’avant cela Jordan n’avait jamais entendu parlé de Nike et que ces quelques minutes de lobbying se sont avérées déterminantes pour le convaincre de signer avec eux. Celle de Jordan et de Falk veut que Raveling avait déjà parlé de Nike lors des JO et avait même insisté auprès de Michael pour qu’il les rejoigne. Falk a toujours tenu à minimiser l’impact de Vaccaro sur la signature de ce contrat légendaire allant jusqu’à dire que ce n’est pas avec Vaccaro qu’il a fait le deal mais avec Knight et Strasser. Il est vrai que Sonny s’est construit sur des rumeurs, du bouche à oreille, et il est très important pour sa réputation de s’attribuer ce contrat. Le personnage Vaccaro aime s’enorgueillir de tels faits pour entretenir sa légende. S’il a définitivement jouer un rôle dans cette belle histoire, il est difficile de savoir exactement lequel, tant il existe de versions divergentes.

sonny-vaccaro-l-inconnu-qui-a-fait-basculer-l-industrie-de-la-chaussure-de-sport2cm302390

Pour Nike, il était d’autant plus important de s’offrir Jordan que pour la première fois de son histoire la marque connaissait un recul dans son chiffre d’affaire annuel. Il fallait impulser une nouvelle dynamique. De son côté, Michael avait une toute autre urgence, il voulait en finir avec ces rendez-vous le plus vite possible car la situation commençait à le lasser. C’est ainsi qu’il refusa d’honorer l’invitation de Nike et demanda à Falk de signer avec Adidas au plus vite, se résignant à choisir la marque qu’il affectionnait le plus. Falk fit tout le contraire et contacta les parents de Michael pour les pousser à convaincre leur fiston de se rendre à Beaverton, certain qu’il y avait un sacré coup à faire. C’est la mère de MJ qui fut la plus réceptive au message. Ainsi, avec des arguments que seules les mères possèdent, elle finit par arriver à traîner Jordan à l’aéroport.

Sur place, ils sont cinq à accueillir le futur plus grand joueur de tous les temps: Rob Strasser, Howard White (qui sera plus tard le Vice-Président du marketing sportif de Jordan Brand), Peter Moore (le futur designer des deux premiers modèles Jordan), Sonny Vaccaro et bien évidemment Phil Knight. Après la présentation officielle du grand projet, Peter Moore soumit les premiers croquis de la chaussure imaginée pour Michael. Ce dernier ne fut pas très enchanté, choqué par les couleurs proposées: du blanc, du rouge et du noir. Les couleurs du diable dira-t-il. Moore répliqua en rigolant qu’il devra en parler aux Chicago Bulls car cela était intentionnellement fait pour coller à leur code couleur. Mais Jordan expliqua qu’il avait plutôt imaginé jouer en Carolina Blue de son équipe des Tar Heels de North Carolina en NCAA. Il se permit de poser beaucoup de questions sur la qualité du produit et les technologies utilisées. Il exprima ainsi les raisons de sa préférence des chaussures Adidas devant un Moore attentif. Ce dernier lui répondit que toutes ses exigences seraient prises en compte afin que la future chaussure lui plaise.

Une grande première! À l’époque, excepté le cas Stan Smith chez Adidas, aucun athlète n’avait été consulté de la sorte pour l’élaboration d’un modèle. Ce que Nike venait de proposer à Jordan était totalement inédit. Du sur mesure. Jusqu’à présent les joueurs se contentaient de porter les modèles que les marques voulaient bien leur envoyer sans soucis de personnalisation. C’est ainsi que l’on a connu Larry Bird et Magic Johnson portant le même modèle de Converse par exemple.

Il était là l’argument tant attendu par Michael Jordan. Nike venait à cet instant de grimper considérablement dans son estime.

Mais tout aurait pu être anéanti par une dernière tentative maladroite de séduction. Rob Strasser était au fait du goût prononcé de Jordan pour les voitures de luxe. C’est ainsi qu’en toute fin d’entretien il tendit les clefs d’une Mercedes à MJ et lui fit comprendre qu’elle serait sienne s’il apposait sa signature au futur contrat proposé par Nike. Phil Knight n’apprit que plus tard ce geste à double tranchant risquant de rebuter Jordan. Ce dernier aurait pu se croire vulgairement acheté plutôt que séduit. Heureusement pour la franchise de l’Oregon, le « cadeau » de Strasser augmenta les points marqués dans cette course folle.

falk1

Jordan fit rapidement comprendre à Falk qu’il ne voulait plus se rendre à aucun autre rendez-vous avec d’autres marques. Nike venait de tout chambouler et de placer la barre tellement haute qu’il semblait inutile de se déplacer encore.

Il était temps de prendre une décision finale et de mettre toutes les propositions sur la table avec leurs offres financières respectives.

On l’a vu Converse propose un contrat à 100 000$ par an pour intégrer son écurie, au même titre que les autres superstars NBA sous contrat. Michael devra cependant se contenter de porter le même modèle qu’eux.

Adidas reste dans le flou même si la marque allemande témoigne d’un peu plus d’intérêt pour MJ qu’au début du processus. Toutefois aucune offre concrète n’est pour l’instant arrivée dans les mains de ProServ et on est encore loin d’un modèle signature.

Nike et Phil Knight décide de suivre encore une fois le conseil assez fou de Sonny Vaccaro de proposer 500 000$ par an en liquide pendant 5 ans (la somme des enveloppes pour Olajuwon, Barkley et Stockton comme on l’a vu précédemment).

Pour remettre les choses en perspective et dans leur contexte, le plus gros contrat de l’époque revenait à James Worthy (oui oui James Worthy) avec 150 000$ par an pendant 8 ans pour porter les couleurs de New Balance. Nike propose donc un salaire plus de 3 fois supérieur au plus gros contrat d’alors!!!

Ce n’est pas fini puisque Nike ajoute dans la balance des intérêts dans l’entreprise ainsi que des royalties sur chaque paire vendue! Ce qui porte le total, selon les estimations du célèbre média ESPN, à près de 7 millions de dollars sur 5 ans!!! Un record et de loin! Toutefois, Nike décide d’inclure une clause importante: lors de ses trois premières années dans la ligue (et donc de contrat avec Nike) Michael doit être élu « Rookie of the Year », All-Star et tourner à 20 points de moyenne minimum. Si une de ces conditions n’est pas remplie, Nike se réserve le droit d’écourter le contrat de deux ans. David Falk voulait savoir ce qui se passerait si aucun de ces objectifs n’était atteint mais que pendant ce temps là les chaussures se vendaient bien quand même. Réponse des responsables de la marque au swoosh: pour compenser il faudrait arriver à vendre pour 4 millions de dollars de chaussure d’ici la fin de sa troisième année de contrat pour activer les deux dernières.

Enfin dernière offre: Spot-Bilt. John Fisher tenta le tout pour le tout même s’il se savait moins fort que Nike. Tous deux ne luttaient pas avec les mêmes armes puisque Spot-Bilt faisait fabriquer ses chaussures aux États-Unis alors que pour Nike tout se passait en Asie avec une main d’oeuvre moins chère. Cela permettait par exemple à Nike d’équiper gratuitement plusieurs équipes sans impacter leur budget. Spot-Bilt proposa donc étonnamment la plus grosse offre financière : plus de 500 000 $ par an. Une somme folle mais Fisher pensait que sa proposition resterait inférieure à celle de Nike.

En bon conseiller, David Falk rappela à Jordan que si l’offre de Spot-Bilt paraissait intéressante, elle n’est rien comparée à la promesse de Nike d’injecter 1 million de dollars lors des six premiers mois qui suivent la sortie de la première chaussure Jordan rien qu’en publicité et communication.

Clairement Spot-Bilt ne peut pas rivaliser. Converse a déçu Jordan et l’offre est ridicule. Nike apparaît logique vainqueur. Cependant Jordan ira voir une dernière fois les dirigeants d’Adidas et leur dira: « si vous me faites une offre à peu de choses près identique, je signe chez vous. » Pas de réponse. Ce qui, de l’aveu même de MJ, rendra les choses plus faciles pour aller rejoindre Phil Knight et signer le contrat le plus révolutionnaire de l’Histoire du sport. À noter que Spot-Bilt finira sur la deuxième marche alors qu’aujourd’hui plus personne n’en parle. ESPN a demandé à Fisher ce qui aurait pu se passer si Jordan avait signé chez eux. Il déclara que cela se serait soldé par un échec car il n’aurait pu répondre aux besoins de productions liés à l’engouement autour du joueur.

4496738442_878867b7b1

Pour conclure la partie purement business liée à la Jordan 1 parlons chiffres. La chaussure ne sera disponible que le 1er Avril 1985 pour le grand public car Jordan n’a pas commencé la saison avec comme nous le verrons plus tard. Son prix de vente était à l’époque de seulement 65 $ !!! En un peu plus d’un mois ce sont 450 000 paires qui se sont vendues. Le montant total des recettes d’Avril à Décembre est de 100 millions de dollars. Pour rappel, pour avoir droit à ses deux dernières années de contrat, Nike avait demandé à ce que les recettes atteignent 4 millions de dollars en trois ans. Sur le rapport de fin d’année de Nike, Phil Knight écrit en face de la colonne correspondant à la Jordan 1: « la parfaite combinaison entre qualité de produit, marketing, et partenariat avec un athlète. »


jordan-wings-logo

Parlons maintenant de la chaussure en elle-même et des différents modèles que Jordan aura portés. Comme nous l’avons vu c’est donc Peter Moore qui sera responsable de l’élaboration de la chaussure en fonction des exigences et des remarques de Michael. Moore sera aussi à l’origine de la Jordan 2 puis quittera Nike pour rejoindre… Adidas! C’est d’ailleurs lui qui transformera le logo original de la marque allemande en seulement trois bandes. C’est également Moore qui est l’origine du nom « Air Jordan » et du logo avec les ailes, les fameuses Wings. Pour le logo, la légende raconte que c’est en voyant un pin’s sur la veste d’un gamin, sur le chemin du retour suivant la réunion avec Jordan, que Moore eu le déclic. Selon le YouTubeur ChannelKris vous pouvez retrouver l’histoire de l’origine du nom « Air Jordan » dans le livre de Donald Dell (de l’agence ProServ) « Never make the first offer ».

Que s’est-il passé entre l’accord de principe trouvé entre MJ et Nike et le 17 novembre 1984, date du premier match où apparurent les Jordan 1? Quel modèle portait-il en préparation puis en début de saison?

a417d97ce50e0706a78c4c1570087a98
Bien que Peter Moore et Jordan étaient tombés d’accord sur les contours de ce qu’allait être la Jordan 1, celle-ci ne serait pas prête assez tôt pour les débuts du numéro 23 des Bulls. Par contre des séances de shooting photos seront organisées avant même la préparation de la saison afin d’anticiper les campagnes de communication. La première série de clichés sera menée par Chuck Kuhn, un photographe réputé. Selon FootwearNews et ChannelKris, il semblerait que le tout premier modèle porté par Jordan fut le Royal Blue (combinaison de ses couleurs favorites) pour le poster emblématique « Flight Guy ». La deuxième série, il portera les Black Toe pour la photo la plus célèbre: la pose Jumpman qui deviendra le futur logo de Jordan Brand. La dernière série de photos sera celle où on le voit porter ses chaussures en bandoulière sur son épaule. Les deux modèles utilisés seront les Black Toe et pour la première fois les Bred! Nike semblait donc partir sur un modèle Black Toe pour les matchs à domicile, et un Bred pour ceux à l’extérieur. Mais on va voir que ce plan va vite être contrarié.

im50577_1_square_1600

En attendant il portera les Nike Air Ship de couleur blanche et rouge et ce dès le 5 Octobre 1984 à Péoria, Illinois, face aux Bucks de Milwaukee. Toujours en pré-saison, le 9 Octobre, il chaussera le modèle noir et rouge de la Air Ship. C’est le 18 octobre à New York que se passera l’événement qui changera jamais le destin de la Jordan 1. Pour ce match de pré-saison face aux Knicks, David Stern (le commissaire de la NBA) est présent dans les tribunes et voit MJ porter son modèle Bred de la Air Ship. Choqué par ce coloris bien différent des autres portés sur le terrain, il contacte Nike de manière informelle et non officielle pour leur dire que la chaussure de Jordan est bannie et interdite car ne correspondant pas à la règle d’uniformité des uniformes. Rien ne pouvait mieux tomber pour Nike et son plan de communication ! Jordan va donc devoir se contenter de porter la Air Ship blanche et rouge jusqu’à ce que la Jordan 1 soit finalisée.

michael-jordan-rookie-ball-boy-sneakers-sold-71k

Si d’autres joueurs sous contrat avec Nike portaient aussi des Air Ship, celles de MJ étaient véritablement uniques. La vidéo de Jordan Geller sur YouTube nous en livre les moindres détails. La semelle extérieure des Air Ship classiques était beaucoup plus creusée au niveau du talon alors que celle de Jordan serait plus plate et quasi identique à celle de la future One. La midsole de Michael ne présentait pas de logo Nike. Il n’avait que 8 œillets au lieu de 9, avec une tige Mid plutôt que haute pour les classiques. Pas d’inscription de production (date) mais uniquement la pointure. À propos de la pointure, saviez-vous que Jordan portait deux chaussures de tailles différentes? 13 US pour le pied gauche et 13,5 pour le droit.

La saison NBA commence donc le 26 octobre pour les Bulls et c’est aussi ce jour là que Jordan signe officiellement son contrat avec Nike. Pendant ce temps chez l’équipementier on réfléchit à la contrainte imposée par David Stern et de ce que cela implique par rapport aux investissements faits dans les séances de shooting photos. Il semble impossible que Jordan puisse porter les Bred et sans doute aussi les Black Toe, les deux modèles pris en photos. Dès lors, Nike prépare le modèle Chicago uniquement composé de blanc et de rouge à l’exception du swoosh qui reste noir.

air-jordan-1-5-the-return-chicago-bulls

C’est donc ce dernier modèle que Jordan arborera à partir du 17 Novembre 1984 contre les Sixers de Philadelphie (vidéo de ses highlights ci-dessous, regardez bien ses chaussures). Il alternera encore pendant quelques matchs avec la Air Ship blanche et rouge. Le 30 Janvier 1985, contre les Bullets de Washington, Jordan portera le modèle Black Toe pour ce qui semble être la seule et unique fois en match officiel NBA.

Si vous avez bien suivi, la légende qui veut que ce soit la Jordan 1 Bred qui ait été bannie par la NBA reste de l’ordre du fantasme puisque MJ n’a jamais porté ce modèle en match officiel à l’exception du 10 Février 1985 pendant le All-Star Game. La communauté des Jordan Addicts est d’ailleurs à l’affût de toute photo pouvant contredire ces faits. Ce qui, du reste, est véridique c’est la lettre officielle de la NBA datée du 25 Février 1985 adressée à Nike suite à ce All-Star Game. Il y est simplement stipulé que la ligue interdit Jordan de porter « une certaine Nike noire et rouge. » Aucune mention de quelque amende que ce soit dans ce courrier contrairement à la légende des 5000$ par match. De plus si ce mythe s’avérait vrai, pourquoi dès lors ne retrouve-t-on pas de cliché de Jordan avec les Bred aux pieds en match officiel? Pourquoi Nike aurait créé le modèle Chicago alors que la campagne de pub était centrée sur les Black Toe et les Bred?

c2941fb06e2148538d4fece920d88f1f

Quoiqu’il en soit cette lettre servira de base pour la publicité la plus célèbre de Nike. La caméra partira de la tête d’un Jordan décontracté en train de dribbler pour arriver à ses pieds dans une paire de Bred qui se retrouve barrée par deux blocs noirs. La voix off proclame pendant ce temps là que si la NBA a bannit les chaussures elle ne peut pas VOUS empêcher de les porter. Cette phrase allait provoquer un véritable raz-de-marée commercial!

Le collectionneur ThiIsKicks (Instagram) nous apprend qu’il existera une variation de la One Chicago que devra porter MJ lors de son retour de blessure dans sa deuxième saison. Cette variation consiste en une sorte de strap élastique au niveau de la cheville afin de maintenir au mieux cette partie du corps fragilisée.

air-jordan-1-midified-ankle-pe-auction-1

La Jordan One Chicago sera aussi associée à l’une des plus grandes performances de la carrière de MJ: 63 points dans un match de Playoffs contre les Celtics de Larry Bird. Ce dernier dira qu’il a vu ce soir là « Dieu déguisé en Michael Jordan. » Dans une interview au magazine SLAM, Michael Jordan assure qu’il possède encore la paire portée durant ce match historique.

ivmbgtqmcp0ce2t5i2vw

À partir de 1987, Jordan commencera à porter les modèles suivants de sa gamme signature laissant donc de côté la One devenue mythique. Il y eu pourtant une exception le 8 Mars 1998 face aux Knicks de New York, lors de ce qui sera la dernière sortie au Madison Square Garden de Jordan sous les couleurs des Bulls. Comme il l’a confié à SLAM : « Dans mon esprit c’était peut-être la dernière fois que je venais au Garden. Pour moi c’est la Mecque du basket. La connaissance des fans de basket au MSG est meilleure que n’importe où ailleurs. J’ai donc pensé, pourquoi ne pas revenir aux origines et voir s’ils peuvent s’apercevoir combien le jeu a pu évoluer depuis. » Et ce qu’il y a de fou, c’est que personne ni chez Nike, ni chez les Bulls ne savait qu’il allait les porter. Jordan encore: « Personne ne savait. Et Nike ne me les a même pas fournies pour ce match. Elles viennent tout droit de mon stock originel. Je garde 6 paires de chaque modèle dans un local chez moi, et j’étais en train d’emménager ce local et je me suis dit: ok je vais à New York… Personne ne savait que j’allais les porter alors que je les avais dans mon sac. » Pour ce revival, la ligne de stats de Jordan est à la hauteur de sa légende: 42 points, 6 passes, 8 rebonds.

michael-jordan-last-game-at-madison-square-garden-as-chicago-bull-1

Des années plus tard Russel Westbrook, sous contrat avec Jordan Brand, rechaussera les One en 2012, tout comme le sneakerhead DeMar DeRozan en 2013. Plus récemment, en 2017, P.J. Tucker jouera avec la version Off-White. Cette dernière sera le fruit de l’imagination de Virgil Abloh et constitue depuis l’un des modèles les plus prisés par les collectionneurs et les adeptes de la mode. Elle finira même élue meilleure sneaker de l’année 2017 par certains sites spécialisés. Cette collaboration sera déclinée en deux autres coloris (blanc puis bleu Carolina) tout aussi recherchés. Nike a également sorti une version Flyknit de cette One qui propose un confort et une légèreté incroyable. Une revisite réussie en tout point. Enfin la Jordan XXXI est un hommage à la One avec une touche de modernité tant au niveau esthétique que des matériaux utilisés. On le voit, le premier modèle Jordan reste encore ancré dans la culture sneaker. Que ce soit grâce à des sorties dans des couleurs inédites, ou au travers de nouvelles chaussures qui s’en inspirent, la Nike Air Jordan 1 a encore de beaux jours devant elle.

air-jordan-1-off-white-17-696x464

« Tout le monde la détestait, ils disaient que c’était la chaussure la plus moche de tous les temps. Mais elle a changé l’industrie entière et tout le monde a essayé de la copier depuis. » Ces quelques mots, donnés au magazine SLAM par Jordan lui-même, résument on ne peut mieux l’histoire fabuleuse de cette chaussure.

c10a44702a6fedf68601585fc9e0739b

L’illustration du titre de cet article est l’oeuvre de Yann Dalon.

C’est Chris Paul qui le dit.

ESPN vient de consacrer un article qui va dans le sens de l’inclusion des sneakers sur Page 23: les modèles Player Exclusive ont des histoires à raconter. Sur le site du média référence américain, c’est Chris Paul qui s’étend sur le processus ayant conduit à l’élaboration de son dernier modèle (le onzième déjà) chez Jordan Brand. Ainsi, et la citation a même été retenue comme titre de l’article, Paul affirme « the story is what makes the shoe »  (« c’est l’histoire qui fait la chaussure » pour ceux qui dormaient près du radiateur en cours de LV1).

enveloppe_0

On apprend qu’il est heureux de faire partie des joueurs labellisés Jordan Brand, sans doute la marque (avec Nike donc) pionnière dans le storytelling. CP3 nous raconte également que la création d’un pro-modèle ne se fait pas en un claquement de doigts mais sur de longs mois avec, en ce qui le concerne, Justin Taylor et Jamaal Lucas du côté de l’équipementier pour l’aider. Et cette année la préparation a été logiquement perturbée par son transfert des Clippers aux Rockets. Du coup Jumpman a décidé de décaler la date de sortie habituelle en meublant avec des modèles rétro. Ce délai supplémentaire aura toutefois permis d’approfondir les détails de la CP3.11.

Si le nouveau meneur de jeu des Rockets était sûr d’une chose, c’était qu’il voulait rendre hommage au modèle après lequel il courait étant plus jeune: la Nike Air Jet Flight que portait Steve Nash. La particularité de ce modèle? Un gros strap sur l’avant du pied. Paul confie à ESPN qu’à l’époque il essayait de s’acheter le plus de paires possibles de toutes les couleurs. Pourquoi ce strap du coup vous allez me demander? Oui parce que quand même il doit bien avoir une fonction autre qu’esthétique ce gros machin. Et bien il semblerait qu’il s’agisse là du meilleur moyen de stabiliser le pied pour un joueur amené à changer régulièrement de rythme au cours de la partie comme le faisait si bien Steve Nash. En plus de rendre hommage à l’ancien double MVP de la Ligue, CP3 est assez malin pour comprendre qu’en prenant de l’âge il se doit d’adapter son jeu en misant sur d’autres points forts que les qualités athlétiques de ses débuts. Il cherche donc logiquement à s’appuyer sur ses chaussures pour cela. Jordan Brand et Paul nous montrent donc que l’on peut habilement faire passer un message tout en incorporant un élément clef de performance recherché par le joueur.

Attendez attendez vous allez voir que le petit Chris en rajoute une couche car je suis certain qu’il a lu mon blog avant de s’entretenir avec les gars de chez ESPN. Le gars lâche carrément: « The thing that I’ve enjoyed over the years learning and trying to get better at is telling stories. When you design anything, it’s all about telling your story. That’s why the brand is what it is. That’s why MJ is who he is. » Un petit CTRL+C CTRL+V pour vous montrer que c’est pas bibi qui invente hein? Alors pour ceux qui sont en train d’envisager de s’abonner à Vocable ou de reprendre quelques cours voici ce que ça donne en français: « La chose que j’ai aimé apprendre et essayer d’améliorer à travers les années c’est de raconter des histoires. Quand vous concevez quelque chose, c’est une façon de raconter votre histoire. C’est pourquoi la marque est ce qu’elle est. C’est pourquoi MJ est ce qu’il est. »

Quelles histoires peut-on donc retrouver sur ce nouveau modèle alors? Tout d’abord au niveau du talon on peut retrouver le logo CP3 superbement incorporé. Oui parce que vu que c’est son modèle à lui faut quand même qu’on le sache.

enveloppe_0

Sur la languette Paul fait une allusion à son grand-père par l’intermédiaire d’un chevron rouge tout en discrétion. Un chevron pour un grand-père? Oui oui. Le papy Paul était le premier afro-américain à posséder une station service dans l’état de Caroline Du Nord, d’où la référence. Subtil on vous dit!

enveloppe_0

Enfin le dernier détail que j’ai pu relever (car je ne les ai malheureusement pas eu en main) se situe sur la face interne de la chaussure où figure la formule chimique de la combustion: 2H2+02=2H20+Energy . Non sa grand-mère n’était pas chimiste. Il s’agit plutôt ici d’une référence à sa nouvelle équipe des Rockets dont il pense être le nouveau carburant nécessaire au décollage tant attendu par les fans.

enveloppe_0

Nul doute que sur le terrain cette chaussure doit se montrer hyper agréable à porter même si je n’ai pas encore eu l’occasion de l’essayer. Je ne peux pas non plus vous dire si plus d’éléments de personnalisation sont présents (sur la semelle par exemple), mais le but premier de cet article était bel et bien de souligner l’importance pour les athlètes de vouloir imprégner leurs modèles d’une partie de leur histoire. Un peu comme si l’on écrivait un ou plusieurs chapitres de sa vie.

En fin d’article Chris Paul dévoile son modèle favori (la Air Jordan 13) en expliquant la raison de son choix: l’histoire qui lui est attachée. En effet, c’est en revenant aux vestiaires quand il était encore à l’école qu’il constata qu’on venait tout simplement de lui voler ses Jordan 13 alors qu’il s’agissait du tout premier jour où il les avait porté à  l’école… Bon maintenant je ne me fais pas de soucis pour lui, je suis certain qu’il peut remettre la main sur une paire sans difficulté.

Et vous? Quel est le modèle qui a le plus de signification à vos yeux?

enveloppe_0Jordan CP3.11

Les Sneakers débarquent sur Page 23!

J’ai commencé ce blog avec la volonté de partager avec vous ma passion pour les sports US à travers les livres mais je fais le constat que je n’arrive pas assez à l’alimenter et ce pour plusieurs raisons:

1) lire ça prend un max de temps l’air de rien et avec ma vie de père de famille de deux enfants en bas âge avoir du temps pour lire et élever ses enfants c’est un peu contradictoire. Je m’aperçois qu’un livre que je pouvais lire avant en une semaine me prends… pfff je ne saurais même pas vous dire.

2) bien que ce début d’année 2018 voit plusieurs sorties consécutives arriver en librairie, il faut le dire, les livres sur les sports US c’est pas ce qui se fait le plus en France. Alors moi je me console avec les sorties américaines car je n’ai pas de difficulté avec l’anglais, mais pour la plupart ce n’est pas le cas (je sais pas si ça fait pas un peu gars qui se la pète sur son niveau d’anglais ça hahaha).

Du coup si on entrecoupe les deux points ci-dessus, ça fait pas beaucoup d’articles à publier sur le blog tout ça.

Eeeeeeeeeeeeeeeeeet c’est pour ça que j’ai décidé d’introduire un autre de mes centres d’intérêt ici-même : les sneakers (oui je sais que vous l’aviez deviné vu que c’est le titre de l’article).

Mais POURQUOI les sneakers ? Et bien pour tous les points qui suivent juste là regardez :

1) c’est un hobby qui fait pleinement partie de la culture sports US et ce plus que jamais. Nombreux sont les joueurs des 4 sports majeurs à collectionner les chaussures comme par exemple Odell Beckham Jr en NFL et Jeremy Guthrie en MLB.

2) j’ai toujours été intéressé par les chaussures que portaient les joueurs NBA quand j’étais petit mais à l’époque ce n’était pas une passion que je pouvais approfondir pour deux raisons. La première c’est que je ne gagnais pas ma vie puisque j’étais tout petit je viens de vous le dire ohlala. La deuxième c’est qu’en France à l’époque c’était encore une passion nouvelle donc avec des produits assez rares à dégoter surtout si vous habitiez loin d’une grande ville.

3) avec Instagram j’ai pu découvrir cette communauté des sneakers addicts et apprendre pleins de trucs sur le sujet.

4) de plus en plus de choses se passent dans cet univers passionnant.

5) j’ai une salle de basket qui a ouvert juste en bas de chez moi donc maintenant que je peux jouer un peu plus souvent ça me laisse la possibilité de porter et tester les nouveautés. Oui bon d’accord on s’en fiche de ma vie mais quand même quoi ! Et puis c’est mon blog donc je vous raconte ce que je veux non mais !

eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeet le plus important de tous

6) tout comme les livres, les sneakers peuvent aussi raconter de belles histoires notamment pour les modèles signatures où sont incorporés ça et là (j’adore cette expression) des éléments de personnalisation propres aux joueurs. Si les Jordan sont une référence en la matière, notamment grâce à l’inspiration de Tinker Hatfield, je trouve qu’un véritable effort est fait sur les modèles de Kyrie Irving, Paul George et Damian Lillard par exemple.

enveloppe_0

Alors concrètement qu’est-ce que ça va changer à Page 23 ? Tout simplement je vais essayer de vous proposer des posts sur les sneakers en me concentrant sur la partie storytelling de celles-ci. Il ne sera pas question de vous donner toutes les news des sorties chaussures car ce n’est pas ça qui m’intéresse et d’autres sites font ça bien mieux que je ne le ferai jamais. Non mon but est encore une fois de différencier mon approche et de rester dans le côté culturel.

Je veux aussi vous proposer des portraits, des interviews de passionnés, de collectionneurs de ces chaussures qui ont bien des choses à transmettre. Ils contribuent à magnifier cette culture et vous allez voir que la plupart ont une connaissance et un amour du jeu dignes des plus grands experts. J’aimerais aussi leur laisser la parole en leur permettant d’écrire un article sur le blog. Une tribune libre en quelques sortes. Un peu comme ce que peuvent proposer les sites des journalistes/insiders américains comme The Ringer, le but serait de regrouper différents avis sur une même plate-forme.

Enfin, je vous partagerai mon avis sur les modèles que je peux m’offrir aussi bien sur le « pourquoi du comment » ils ont rejoint ma collection qui débute à peine que sur un aspect un peu plus « technique ». Vous remarquerez que j’ai pris le soin de mettre le mot technique entre guillemets car je ne suis pas un as du jeu. J’ai bientôt l’âge du Christ et je n’ai pas un niveau suffisant pour être incollable sur les différents aspects de la chaussure qui intéressent les plus doués d’entre vous. CEPENDANT, je suis convaincu qu’il existe beaucoup plus de « joueurs du dimanche » que de pro-players et mon avis parlera certainement plus à ceux-ci.

enveloppe_0

Voilà. On va tenter ça sur les prochaines semaines sans mettre à l’écart les livres je vous le garantie, surtout qu’avec les sorties récentes le blog va chauffer.

Si vous avez des remarques n’hésitez pas à me contacter je réponds à tout le monde. De préférence faites-le via Instagram ça va beaucoup plus vite (vous pouvez retrouver le lien là sur le côté du blog).

Une nouvelle aventure commence!