L’enfer du Dimanche

Je déteste le Dimanche. Enfin je déteste le Dimanche uniquement de Février à Août. C’est le jour qui me colle l’angoisse. Tu ne peux pas profiter de ta journée car tu sais que le lendemain tu repars au boulot. Je fais un véritable blocage là-dessus. Tu vois le Vendredi c’est cool tu sais que tu es tranquille derrière. Le Samedi pareil. Mais le Dimanche… En plus tout est fermé, de moins en moins, mais tout est fermé. Il règne cette atmosphère qui m’empêche de vivre et de profiter du moment. C’est comme si dès le réveil j’avais une « horloge » de Damoclès au-dessus de la tête. « Plus que 14 heures avant de reprendre le boulot ! »

Mais à partir du mois d’Août c’est une toute autre histoire. Le Dimanche c’est l’avènement. Le jour tant attendu toute la semaine. Le Dimanche c’est FOOTBALL!!! Enfin football américain. Parce que je suis pas du genre à attendre toute la semaine un match de Série A ou un St-Etienne/Strasbourg désolé. Je vais vous expliquer tous les éléments qui ont totalement chamboulés ma perception du dernier jour de la semaine. Voici le guide officiel pour mettre un terme à votre ennui dominical.


FANTASY

Tout le monde connait maintenant le principe de la Fantasy League. Pour parfaire ce jeu il faut y jouer si possible entre amis et avec quelque chose en jeu. Mais même une Fantasy contractée au pif à la dernière seconde face à un groupe d’américains inconnus au bataillon ça le fait quand même. Pourquoi ? Parce que cela rend TOUS les matchs intéressants. Votre matchup peut dépendre d’un Lions/Dolphins auquel vous n’auriez prêté aucun attention sans la Fantasy. Ce jeu vous pousse également à connaitre un peu plus les joueurs et les styles de jeu de chaque équipe NFL. Il vous oblige à suivre l’actualité en étant hyper réactif face aux blessures, méformes, et échanges de la vie « réelle », mais également à tout ce qui se passe dans VOTRE ligue. Quel joueur a été laissé libre récemment ? Dois-je récupérer ce joueur blessé pour quelques semaines en comptant sur un retour au top?

nflfantasy-screens
La Fantasy c’est aussi du trashtalk. C’est même pour moi l’essence de ce jeu. Si vous avez la chance de faire ça entre amis ou avec un groupe de personnes que vous avez appris à connaitre grâce à la Fantasy, cela décuple l’attrait pour ce jeu. Se faire chambrer pour le choix de tel ou tel joueur. Mettre la pression pour un échange. Se moquer d’une défaite d’un pote à cause de la performance impensable d’un seul joueur qui fait basculer la rencontre… À titre d’exemple, cette année avec mes gars sûrs d’Instagram (Eddie et Samy c’est de vous que je parle là) on a organisé une ligue avec nos abonnés et je peux vous garantir que le dimanche soir sur le groupe Messenger c’est la rigolade. J’ai cette particularité de jouer chaque semaine contre l’équipe qui finit toujours par marquer le plus grand total de points ou presque. Cette malchance m’agace au plus au point mais ça en devient risible. J’aime aussi laisser sur le banc des joueurs qui se transcendent histoire de bien me faire regretter mes choix. Je suis typiquement une cible vivante pour le trashtalk et ça c’est formidable.

115fe0cabe68b03c7664ee5ff35699e5
Le dimanche est donc rythmé, pour moi, par cette Fantasy. Je passe la journée à surveiller les nouvelles pour ajuster mon lineup jusqu’à la dernière seconde (je m’occupe aussi de mes enfants et ça m’arrive de parler à ma femme aussi hein…). Cela me fait penser justement à une manœuvre qui m’aura valu les quolibets de mes adversaires que je considérais pourtant comme des amis… Quelques heures seulement avant un match à Denver, les médias relayaient des images du stade couvert de neige (au moins 40 centimètres au sol) en pleine tempête. Il faut savoir que la NFL c’est pas la ligue 1 Conforama et que tous les matchs se jouent peu importe les conditions météorologiques. De ce fait, possédant un receveur des Broncos de Denver dans mon effectif partant, je décide de le remplacer par un autre. Pourquoi ? Parce que la neige va perturber le jeu de passe aérienne et les équipes s’adaptent généralement en utilisant énormément le jeu de course au sol. Résultat ? Le stade aura été rendu praticable en un temps record, plus un seul flocon à l’heure du match, mon receveur fait un match énorme alors que son remplaçant est pathétique. Bien joué !


REDZONE

La NFL, et donc mon Dimanche, sont rendus encore plus agréables et passionnants grâce à l’une des merveilleuses créations du genre humain : la RedZone ! L’outil parfait pour les fans de Foot US ET joueurs de Fantasy.

watch-nfl-redzone-free-live-stream-start-time-what-tv-channel-and-fixtures-for-week-2-in-american-football-season
Quoi que c’est exactement la RedZone me diriez-vous ? Pour faire simple c’est un multiplex de 7 heures sans aucune publicité ou interruption. Agrémentez le tout d’un bandeau déroulant permanent sur les stats Fantasy et vous avez là la recette idéale pour un Dimanche réussi. Ah oui j’oubliais ! La NFL propose des matchs à un horaire parfait pour les fans européens puisque le spectacle commence à 19H00 heure française !

La RedZone vous empêche littéralement de décrocher. On jongle entre les matchs en passant d’occasions folles en replay d’highlights. Les rares temps calmes permettent au spectateur de reprendre ses esprits et de faire un point sur la situation sur chaque terrain. Le téléphone à coté, et en un coup d’œil sur l’appli Fantasy on peut voir l’impact sur notre matchup de la semaine.

dsz7bqyuqaabndl
La RedZone c’est aussi l’occasion, pour celui qui aime ce sport sans forcément suivre une équipe en particulier, de ne pas « subir » une unique affiche choisit par un diffuseur. C’est aussi l’assurance de ne pas se frapper les interminables pub’ américaines pour les assurances ou le dernier SUV Ford.

De plus il est aujourd’hui HYPER SIMPLE d’accéder à ce mythique rendez-vous hebdomadaire. BeIn Sports le propose à ses abonnés, vous pouvez souscrire à l’offre économique de la NFL pour 50€ à l’année, ou vous pouvez faire partie de la team streaming, bien que je n’encourage pas du tout ce genre de pratique qu’il serait pourtant naïf d’ignorer en 2018.


TAILGATE

Aux « States » des États-Unis d’Amérique of USA, le Dimanche c’est l’occasion de revêtir quelque vêtement que ce soit aux couleurs de son équipe. De la simple casquette au déguisement intégral incluant peinture sur le visage, chacun y va de son propre rituel.

Les fans se rassemblent ensuite sur les immenses parkings des stades NFL pour… une sorte de barbecue géant. Si vous ne l’avez pas encore lu, je vous invite à vous plonger dans le livre « Tailgate to Heaven » qui parle de ce phénomène (chronique dispo sur le blog). Un must-read. On cuit des saucisses, on boit des bières, on se lance des ballons, tout ça en parlant du match à venir et en refaisant ceux passés. Certaines personnes passent même toutes leurs économies dans les tailgates. Il y a même des gens qui ratent une partie voire même l’intégralité du match pour rester sur le parking à festoyer.

bl_nfl_49ers_tw3
Pour ma part, je me contente de boire une « Bud » (l’abus d’alcool est dangereux pour la santé mais une bière ça passe) que l’on arrive à trouver maintenant un peu partout en grande surface pour mon plus grand bonheur (désolé mais Heineken je sature). Pour ne pas sombrer dans le monde impitoyable du cholestérol, avec ma petite famille on s’accorde uniquement de temps à autres un repas « à l’américaine ». C’est l’occasion pour moi de brancher l’ordi en HDMI sur la TV pour y diffuser le feed de la RedZone et d’essayer de transmettre mon amour pour le foot US à mon fils et ma fille. Je vous avoue que de les entendre crier « Touchdown ! » est quelque chose d’extrêmement jouissif.

Vous comprendrez donc pourquoi les autres Dimanche de l’année paraissent bien fades, tristes et monotones…

SUPER BOWL, 51 ans de légende – Didier Angelu

enveloppe_0

En voilà une excellente surprise. Un livre en français sur le football américain ! 300 pages qui plus est ! CMS Editions64 s’essaie donc au sport le plus populaire outre-atlantique après deux premiers livres sur le basket (« Fan de NBA » et « Chicago Bulls »). Et pour un essai, autant le dire tout de suite, c’est un coup de maître !

D’emblée le livre s’ouvre sur une préface signée par la légende française Philippe Gardent (consultant BeIn Sports et ancien joueur NFL) qui nous parle de son premier souvenir de Superbowl (Packers/Patriots). De quoi mettre le lecteur dans l’ambiance.

Suivent ensuite 37 pages sur l’Histoire du football américain depuis ses origines à nos jours, le livre s’arrêtant à la fin de la saison 2017 et donc au Superbowl 51. Un travail de documentation qui a dû être titanesque pour l’auteur. Bien plus qu’un simple récapitulatif de la genèse de la NFL, cette première partie permet au lecteur de comprendre comment ce sport nouveau a réussi à développer sa popularité au fil du temps. Records, anciennes équipes, délocalisations, retransmissions TV, grèves… tout y est abordé. Un régal. Le chapitre suivant est tout aussi intéressant car il s’agit d’un cumul par ordre alphabétique d’anecdotes autour du Superbowl en lui-même (revenus publicitaires, quantité de nourriture absorbée pendant l’événement, combien gagne un joueur champion…).

Le plat de résistance arrive donc après tout ça avec chaque Superbowl détaillé un à un grâce à une mini boxscore, aux stats du MVP, un résumé plus ou moins long selon les éditions et la qualité du match, et enfin une petite infographie sur les joueurs marquants de chaque rencontre. Très intuitive, cette partie vous permet en feuilletant le livre de revenir très vite sur un Superbowl précis et de faire remonter les souvenirs l’espace de quelques lignes palpitantes.

enveloppe_0

Enfin les dernières pages sont l’occasion d’étaler le peu qui n’avait pas été abordé ou bien encore de récapituler le tout sous forme plus synthétique et même classé par équipe. Tout est fait pour que vous puissiez tomber sur l’info que vous voulez trouver le plus rapidement possible.

Il est important de préciser que pour les lecteurs les plus novices en matière de foot US, un lexique regroupant les termes les moins évidents les attend à la toute fin du livre. Là encore une idée astucieuse.

Pour ce premier livre sur le sujet, CMS Editions64 réussit à nous proposer, en plus d’un ouvrage qualitativement abouti, un livre qui m’a véritablement surpris par sa construction intuitive au possible. Il est vraiment difficile de trouver des défauts à ce bouquin. J’espère qu’il ouvrira la voie pour d’autres auteurs/éditeurs afin de pouvoir trouver plus d’ouvrages sur le foot US en librairie.

Tailgate to Heaven – Adam Goldstein

Pas de suspens ici, je vous encourage immédiatement à mettre ce livre dans votre panier ! Pourtant peu connu, je n’ai pas pu le lâcher une fois commencé. Goldstein a très bien construit son livre qui ne laisse place à aucun temps mort. Ainsi on commence directement par l’enfance du jeune Adam en pleine Angleterre des années 80 où il tombe en admiration devant les exploits des Chicago Bears lors des rares diffusions de matchs NFL sur les antennes britanniques. Il trouve les mots juste pour décrire cette passion dévorante qui va le pousser plus tard à réaliser le fantasme de tout fan de NFL en Europe : le Road Trip Ultime.

De-quoi-tu-me-parles-là ? Tout simplement du rêve que l’on a forcément tous fait plus jeune ou que l’on continue de nourrir maintenant, partir faire un voyage sur les routes américaines pour ne s’arrêter qu’au grès des rencontres de football américain, baseball, basket ou hockey suivant nos goûts. Louer une voiture, un camping car et découvrir les paysages américains, s’émerveiller du spectacle si réputé que chaque stade a à nous offrir et dormir dans un motel qui colle aux clichés des séries ou films américains. Et bien oui mesdames, oui messieurs, prosternons-nous devant le grand Adam Goldstein puisque celui-ci l’a fait et il a même encore fait mieux !

Co-propriétaire d’un appartement à Londres, il se retrouve en position de vendre son bien dans une période un peu charnière de sa vie. Maintenant en possession d’une grosse somme d’argent, celle-ci pourrait lui permettre de réaliser son rêve de gosse. Il sort la calculatrice et écume internet à la recherche de toutes les informations nécessaires au calcul d’un budget estimant le coût d’une telle fantaisie. Très vite il se rend compte qu’il peut partir durant toute une saison NFL (Septembre à Janvier) avec la manne financière nouvellement acquise. Voulant être certain de rendre cette expérience inoubliable, il décida que ce voyage serait aussi l’occasion de s’immiscer au cœur des Tailgates, ces fêtes immenses tenues avant les matchs sur les parking démesurément grands des stades américains. Goldstein prit donc soin d’établir des contacts avec des références en la matière (vous apprendrez donc qu’il existe même un magazine et plusieurs sites références sur l’art de faire un barbecue sur un parking haha) pour savoir à quoi s’attendre et surtout ne pas arriver en terre totalement inconnue.

gettyimages-82708469

Aussitôt sa décision prise de manière certaine et après en avoir informé sa petite amie plus que compréhensive (pas mal d’entre vous jalouseront certainement ce chanceux d’Adam), Goldstein n’attendait que la publication officielle du calendrier de la prochaine saison NFL afin de calculer un itinéraire optimum lui garantissant d’assister à un maximum de matchs en un minimum de déplacements. Je vous passe les détails de ce montage, mais sachez que tout est expliqué en long et en large et c’est ce jusqu’au-boutisme qui m’a définitivement conquis ! Quel travail titanesque !

Passée cette étape de documentation, de réservations multiples et variées, il ne restait plus qu’à partir. A cette époque, Goldstein décida de tenir un blog pour raconter son expérience et de fabriquer des t-shirts commémorants son voyage de sorte à avoir une monnaie d’échange une fois sur place lui permettant de remercier ses hôtes. Car oui son objectif, plus que de s’émerveiller devant les actions d’éclats que la NFL sait si bien offrir, est de s’imprégner le plus possibles des us et coutumes de cette population qui vous offre le couvert autour de quelques grillades et bières sans rien vous demander de plus que de partager l’amour du sport et surtout de leur équipe.

L’auteur a su brillamment mettre en page et organiser son récit. Avant chaque match vous saurez comment il s’est rendu sur place, comment il s’est procuré son billet et à quel prix, ainsi que tout un tas d’information sur le stade dans lequel il se rend. Il tiendra aussi le compte du bilan victoire-défaite des équipes évoluant à domicile histoire de voir s’il a porté chance durant son voyage. Vous l’aurez compris, l’essentiel du livre ne parlera que très peu des matchs en eux même bien qu’il prenne le temps de souligner l’action du match. Ce qu’il tient à nous raconter ce sont ses rencontres avec des personnalités souvent attachantes, son travail d’investigation au sein de cette communauté. On comprends avec lui au fur et à mesure ce qui anime cette communauté et on se demande après chaque match si les prochains « tailgaters » rencontrés seront encore plus fous, généreux, passionnés, rayez la mention inutile.

Vous raconter plus serait vous priver de l’essence de ce livre. Je le répète, ce n’est peut-être pas un best-seller de par sa popularité, mais ce bouquin est un bijoux. Je suis déjà prêt à parier qu’au bout de quelques pages et encore plus une fois terminé, l’idée de faire pareil que Goldstein vous envahira. En attendant il l’a fait lui, et dans la plus grande générosité qui caractérise les gens qu’il a rencontré durant ce voyage, il nous fait partager ce rêve au travers de ces pages oniriques.

Alors ? Il est toujours pas dans votre panier ce livre ? Vite vite rendez-vous ici là!

enveloppe_0

RETRO 2016

Voici donc une nouvelle année qui se profile avec son lot d’histoires sportives qui finiront couchées sur du papier. Certains auteurs sont déjà prêt à prendre la plume, d’autres ont déjà leurs livres dans des cartons en direction de vos librairies préférées. Je vous propose de prendre le temps de revenir sur ce qui a marqué 2016 en basket, baseball, foot US et hockey avec aussi un aperçu des sorties prévus pour ce début d’année avec notamment la bombe annoncée de George KARL !!!

2016 en NBA :

enveloppe_0Golden State – Cleveland. Ca y est j’ai résumé l’année écoulée tant ces deux équipes ont monopolisé l’attention. La Dub Nation d’Oakland, les Splash Brothers, les Warriors, ou Strengh in Numbers appelez-les comme vous voulez ont bouclé la saison régulière avec 73 victoires au compteur éclipsant ainsi le record des Bulls que l’on pensait intouchable. Un parcours presque parfait pour les champions en titre qui verront leur trophée changer de mains pour atterrir dans celles de LeBron James. S’il avait déjà été champion avec Miami ce couronnement avec Cleveland a une toute autre saveur. En attente d’une équipe championne depuis 1964 et les Bronws en NFL, le peule de l’Ohio exulta au terme d’un renversement de situation historique pour une finale (jamais une équipe menée 3 défaites à 1 n’avait réussi à revenir et à l’emporter).

Qu’il semble loin le temps ou  Scott RAAB se permit de sortir le controversé  » The Whore of Akron: One Man’s Search for the Soul of LeBron James  » en novembre 2011. Place maintenant aux ouvrages faisant la part belle à cette histoire digne d’un conte de fée. Mon favori pour l’instant (et très bientôt en chronique sur le blog) est  » Sports Illustrated Cleveland Cavaliers 2016 NBA Champs Special Commemorative Issue  »

2016 fut aussi l’année des adieux pour Kobe BRYANT, Tim DUNCAN et Kevin GARNETT, trois joueurs mythiques pour toute une génération. Le clone de Jordan, le meilleur poste 4 de tous les temps et l’une des plus grandes gueules de la ligue tout aussi capable d’éclabousser les rencontres par son trashtalk que par son talent. Je vous ai déjà présenté ici Sports Illustrated Kobe Bryant Special Retirement Tribute Issue: From Kid to Champ to Leader to Legend, et celui sur DUNCAN (Sports Illustrated Tim Duncan Special Retirement Tribute Issue: Farewell, Big Fundamental) ne va pas tarder !

Livre de début 2017 : Furious George: My Forty Years Surviving NBA Divas, Clueless GMs, and Poor Shot Selection


Des extraits ont déjà filtré et ça fait déjà grincer pas mal de dents. KARL balance sur le dopage mais aussi sur le comportement de Carmelo ANTHONY qu’il a eu sous ses ordres à Denver. Kenyon MARTIN, un autre de ses joueurs lors de son passage aux Nuggets, a déjà fait étal de son mécontentement sur Twitter. En substance, pour MARTIN, le livre ne serait qu’une accumulation de bêtises pour rester poli. Le livre sera disponible ici le 10 Janvier.

2016 en MLB :

enveloppe_0108 ans !!! 108 ans que les fans des Chicago Cubs attendaient un titre (la ville des Chicago était championne en 2005 grâce aux White Sox). La finale les opposaient aux Indians de Cleveland débridés par le récent titre des Cavaliers en basket , mettant fin à la « malédiction » supposée de la ville. Encore une belle année de baseball où la jeune génération a encore explosée à l’image des trophées de MVP décernés respectivement à Mike TROUT pour l’American League, et Kris BRYANT pour la National League.

Deux légendes de deux illustres clubs ont décidés de mettre un terme à leurs carrières : Alex RODRIGUEZ pour les Yankees (j’attends un livre rétrospectif ou commémoratif avec impatience !) et David ORTIZ pour les Red Sox que l’on retrouve très bientôt sur Page 23 avec Sports Illustrated David Ortiz Special Retirement Issue: The Ultimate Walk-off: Big Papi Says Goodbye.


La prochaine grande légende qui pourrait raccrocher les crampons serait Ichiro SUZUKI qui jouera au moins une année de plus du côté de Miami.

Malheureusement un jeune joueur talentueux nous a quitté en 2016. En effet les Marlins ont perdu leur lanceur vedette Jose FERNANDEZ dans un accident de bateau dramatique. Aimé de tous, charismatique et travailleur discipliné, FERNANDEZ laisse un grand vide dans la MLB qui a su lui rendre hommage à sa juste valeur.

Pour finir sur une note plus heureuse, notons que mon idole Tim TEBOW (ancien Quarterback NFL) a obtenu un contrat de la part des Mets de New York pour faire partie des équipes de ligues mineures et ainsi tenter sa chance de jouer dans la grande ligue. Coup médiatique ou véritable renouveau, l’avenir nous dira si TEBOW pourra véritablement fouler les pelouses de MLB dans les saisons à venir.

Livre de début 2017 : Baseball Prospectus 2017


Comme chaque début d’année les fans de baseball vont se ruer sur la nouvelle édition de Baseball Porspectus qui sortira le 10 février. Outil indispensable pour les aficionados de statistiques en tout genre ou les mordus de Fantasy League, cet ouvrage revient sur la saison écoulée et propose une estimation des performances à venir lors de la saison 2017  qui débutera en Avril.

2016 en NHL :

enveloppe_0Sidney CROSBY en avait vraisemblablement assez de voir d’autres capitaines soulever la prestigieuse Coupe Stanley à sa place été après été. Lui qui est considéré par tous les observateurs comme le meilleur joueur de la ligue se devait d’ajouter un nouveau titre à son palmarès déjà conséquent. C’est à la suite d’une saison forte en rebondissement avec l’émergence de Matt MURRAY dans les buts et d’une ligne HBK (HAGELIN-BONINO-KESSEL) pleine de fraîcheur soulageant le travail de Sid the Kid, que Pittsburgh a su glaner une nouvelle bannière de champions face à de valeureux Sharks de San Jose arrivés pour la première fois de leur Histoire en finale. Vous pouvez revivre le parcours des Penguins grâce à un magnifique documentaire en cliquant ici, mais également au travers de Sports Illustrated Pittsburgh Penguins 2016 Stanley Cup Special Commemorative Issue: Welcome to Title Town qui fera l’objet de la prochaine chronique de Page 23.


Côté Frenchies un nouvel arrivant dans le New Jersey chez les Devils porte le nombre de représentants français à 3 (BELLEMARE chez les Flyers et ROUSSEL chez les Stars sont les deux autres). En effet Yohann AUVITU découvre la NHL à l’âge de 27 ans après de nombreuses saisons au top niveau européen. Une opportunité en or qui demande une bataille quotidienne pour garder sa place dans cette ligue très disputée. Le hockey français est en plein essor et avec le prodige Alexandre TEXIER qui évolue cette année à Grenoble, on pourrait bientôt voir débarquer un quatrième français en NHL !

L’avenir de la NHL est entre de bonnes mains puisque les rookies, Auston MATTHEWS et Patrick LAINE font déjà le bonheur de Toronto et Winnipeg. La popularité de la ligue de hockey est grandissante selon un récent sondage, surtout chez la jeune génération.

Livre de début 2017 : A Guy Like Me


La bio de John SCOTT l’homme/troll. Les fans de la NHL ont décidé de mener campagne pour permettre à un obscur joueur de bout de banc de participer au All Star Game. Ils se sont unis pour voter en masse via internet et les réseaux sociaux faisant en sorte que SCOTT reçoive le plus de voix possibles et ainsi contraindre la ligue à l’inviter à la messe de mi-saison. Ce fut chose faite et SCOTT termina même MVP du All Star Game !!! Cette histoire et le parcours atypique de SCOTT se retrouvent dans la bio qui vient de sortir après le passage du Père Noël le 27 Décembre.

2016 en NFL :

enveloppe_02016 fut l’année de Peyton MANNING. D’abord vainqueur du Superbowl l’opposant aux Panthers de Carolina, il annonça sa décision de prendre sa retraite sur la plus belle victoire possible dans ce sport. Il aurait pu encore produire statistiquement une belle saison mais l’envie était-elle encore là de repartir dans une ligue toujours plus physique avec un corps vieillissant et qui ne l’a pas épargné jusque là ? Certainement que cette dernière bague a fait pencher la balance lourdement dans son processus de réflexion. Denver a choisi de ne pas continuer avec Brock OSWEILER, le backup de MANNING parti faire un flop chez les Texans de Houston, et a misé sur  Trevor SIEMIAN avec un bilan mitigé à l’heure de ces lignes. Si vous voulez vous replonger dans la carrière de MANNING je vous propose de cliquer ici pour ma chronique et pour ma vidéo.

Autre fait marquant de 2016 : la saison presque parfaite des Dallas Cowboys avec les rookie Dak PRESCOTT (QB) et Ezekiel ELLIOTT (RB). Le premier a fait une pré-saison remarquable mais minimisée par les avis des experts opposant la faiblesse des adversaires rencontrés. Cela ne l’a pas empêché de faire mieux que remplacer Tony ROMO blessé avant le début de la saison régulière, il l’a carrément détrôné. ROMO l’ayant même adoubé publiquement avec une classe énorme. Les Cowboys signeront d’ailleurs cette saison leur record de victoires consécutives avec 11, perdant seulement contre les Giants de New York de Odel BECKHAM Jr auteur d’une saison stratosphérique. Les playoffs s’annoncent passionnants !!!

Livre de début 2017 : Gunslinger: The Remarkable, Improbable, Iconic Life of Brett Favre


Je n’ai pas trouvé de livre sortant en tout début d’année c’est pourquoi je vous propose de vous rabattre sur « Gunslinger » sorti le 25 Octobre dernier. C’est, de l’avis de tous, la bio la plus complète jamais écrite sur l’un des meilleurs QB de l’Histoire de la NFL. L’auteur porte un regard objectif tout au long des 448 pages de cet ouvrage et je suis certain qu’il devrait intéresser un bon nombre d’entre vous.

enveloppe_0

Je vous souhaite à tous une excellente année 2017, en espérant qu’elle soit pleine d’exploits sportifs et de livres passionnants !

Peyton Manning – Special Retirement Tribute Issue – SI

enveloppe_0

3 couvertures au choix correspondants aux trois équipes pour lesquelles il a joué : Tennessee, Indianapolis, Denver. J’ai choisi celle des Colts car c’est avec cette équipe qu’il a joué le plus de match et qu’il restera toujours un Colt à mes yeux plus qu’un Bronco.

Je me suis procuré ce livre bien que je n’aime pas du tout Peyton Manning pour la simple raison qu’objectivement ce bonhomme reste un monument de l’histoire du Foot US. Bon, il y a aussi et surtout le fait que j’ai décidé d’acheter tous les livres/magazines de ce nouveau format proposé par Sports Illustrated.
Quoiqu’il en soit, on n’a pas besoin d’idolâtrer Manning pour apprécier ce bouquin. Mon manque d’objectivité en a d’ailleurs pris un coup car, au fil des pages, je dû faire face à la grandeur de sa carrière, son parcours exemplaire mais aussi son charisme indiscutable.

Ainsi on commence à découvrir Manning avant son choix d’évoluer pour l’Université de Tennessee alors que tout le monde l’attendait sur les traces de son illustre père et même de son frère aîné du côté d’Ole Miss. Que se serait-il passé si Cooper n’avait pas eu ses soucis de santé mettant un terme à ses ambitions dans le football?
Sa carrière chez les Volunteers tiens en deux articles bien choisis surtout le deuxième qui prend la mesure de son choix de rester une quatrième et dernière année alors qu’il était projeté dans les premiers choix de draft au sortir de sa troisième année.

Son arrivée à Indianapolis et son face à face avec son idole Dan Marino, son premier titre lors du Superbowl contre les Bears, tous les événements essentiels de son passage chez les Colts figurent dans ce livre. Vous retrouverez même un « chapitre » parlant de son aura dans les médias. Drôle et très bon acteur, Manning a participé à tout un tas de show et de publicités (avec la participation récurrente de son père et son frère Eli) qui resteront comme des grands moment de télé.

Enfin on en arrive à la partie Broncos et sans aucun doute mon article préféré de cet ouvrage. Vous apprendrez dans les moindres détails comment Manning a pu signer à Denver. On découvre le travail de John Elway, persuadé de pouvoir attirer le futur Hall of Famer, qui prouve que derrière l’aspect business et les millions de dollars en jeu, tout se joue sur une histoire de rapports humains avant tout.

Si vous avez l’âme d’un collectionneur, si vous souhaitez en savoir plus sur les légendes de la NFL, si vous découvrez le foot US, si vous êtes un fan inconditionnel de Peyton Manning, n’hésitez pas à vous procurer ce livre. Si vous ne jurez que par Tom Brady (je vous comprends les amis) vous pouvez toutefois le posséder sans honte dans votre bibliothèque ou tout simplement attendre la future parution d’une édition sur l’inusable numéro 12 des Patriots.

enveloppe_0